LA DANSE SPORTIVE

La danse sportive (dancesport en anglais) est une discipline en pleine expansion dans le monde. Bien que pratiquée en couple, elle diffère considérablement de la danse de salon, encore appelée danse de loisirs ou danse de société, d'où elle tire son origine, car elle demande un niveau technique digne de sportifs de haut niveau. En France, on dénombre plus de 3 000 danseurs sportifs répartis dans plus d'une centaine de clubs, ce qui est peu face à l'enthousiasme d'autres pays comme le Japon, où les championnats sont retransmis en direct à la télévision, et le Royaume-Uni, où 20 000 étudiants sont membres de l'Inter Varsity Dance Association (IVDA) qui a fêté son cinquantenaire le 3 mars 2012.

La danse sportive est avant tout un sport, agréé comme tel, par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Elle a été reconnue discipline olympique par le Comité International Olympique (C.I.O.) en 1997 et présentée en démonstration aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000 mais n'a pas été acceptée comme sport médaillé.

En France, comme pour tout sport de compétition, les équipes de compétiteurs sont gérées par des associations loi de 1901 qui adhèrent au Comité National de Danse Sportive (CNDS) dépendant de la Fédération Française de Danse.

La danse sportive est répertoriée et codifiée : portés et acrobaties y sont formellement interdits. Seules dix danses, réparties en deux catégories (les danses de style standard et les danses latines), sont acceptées dans les compétitions. Cette particularité est due tout autant aux possibilités de développement « sportif » de chacune des danses qu'à l'histoire de la danse sportive. Cette dernière est issue notamment de la danse de salon qui trouve son origine en Angleterre vers la fin du XVIIIème siècle.

En 1924, cinq professeurs anglais de renom – Josephine Bradley, Eve Tymegate-Smith, Muriel Simmons, Lisle Humphreys et Victor Sylvester – furent invités à participer, au sein de l'Imperial Society of Teachers of Dancing, à un groupe de travail afin de codifier la danse de salon et d'établir un programme d'examen. Il était donc nécessaire de fixer des règles communes. Ainsi, le premier comité technique standardisa les bases, les caractéristiques et les pas de chacune des quatre danses homologuées à cette époque : la valse anglaise (ou valse lente), le slow fox, le tango et le quickstep. La valse viennoise, alors connue mais peu populaire en Angleterre, fut ajoutée ultérieurement et devint la cinquième danse standard. Les cinq danses latines – la rumba, le cha-cha-cha, la samba, le paso doble et le jive – sont entrées en compétition juste après la Seconde Guerre mondiale. En 1925 est rédigé un syllabus pour le Foxtrot, la Valse et le Tango. En 1936, Victor Silvester introduit une nouvelle manière de rédiger les instructions de danse : une représentation en tableau devenue depuis un standard pour la description des pas. En 1947 est publiée la "Revised Technique of Ballroom".

L'une des différences entre le style anglais ballroom (danses standard) et les danses latines tient au rythme. Dans le premier cas, celui-ci a été construit pour convenir à ces danses lorsqu'elles sont entrées dans le monde de la compétition. Dans le second cas, le rythme prend son origine dans le pays où la danse a été créée, puis la danse a été adaptée. Les danses Latines sont pratiquées en Europe depuis le début du siècle, mais elles trouvent leurs origines au début du Siècle dernier quand les styles de musique espagnols, portugais, africains et indiens furent mixés en Amérique. Le Paso Doble tire ses racines d'Espagne, mais le Jive est typiquement d'Amérique du Nord.

LES COMPETITIONS DE DANSE

 

Il existe des compétitions réservées aux amateurs, d’autres pour les professionnels. Les candidats sont répartis par âge et par niveau. Il existe six classes d'âge (ou divisions) pour les compétiteurs qui sont classés par leur année de naissance. S’agissant d’un sport en couple, c'est le partenaire le plus âgé qui détermine la division. Les juvéniles représentent la classe d'âge la plus jeune, suivi des youths, des adultes, des seniors 1, des seniors 2, des seniors 3 et des seniors 4 (uniquement pour les danses standards). Les couples de danseurs licenciés sont qualifiés par séries. Ces dernières sont classées en lettres ou en chiffres, de la catégorie E (ou 5) rassemblant les débutants à la catégorie A (ou 1) correspondant aux plus confirmés. Certaines compétitions sont dites open, c'est-à-dire qu'elles sont accessibles à tous les compétiteurs d'une classe d'âge, quel que soit leur niveau. Un couple peut avoir des niveaux différents dans chaque groupe de danses.

Les compétiteurs professionnels sont répartis différemment puisqu'ils doivent avoir au moins 16 ans et que leurs compétitions sont généralement open. Le plus grand festival et championnat de danse sportive se tient à Blackpool, en Angleterre, et réunit compétiteurs professionnels et amateurs depuis 1920.

Dans les compétitions internationales, quatre groupes sont définis : les danses standard, les danses latines, les dix danses (les cinq standard et les cinq latines), enfin les danses en formation, effectuées par des équipes de dix couples qui se produisent en standard ou en latines.

La durée des danses lors des compétitions doit être au minimum d'une minute trente secondes pour toutes les danses, sauf pour la valse viennoise et le jive dont le temps ne doit pas être inférieur à une minute.

Les danseurs sont jugés sur leurs performances tout autant sportives que esthétiques. La danse sportive requiert une force équivalente à celle du patinage artistique. D'un point de vue athlétique, une étude de 1986, dirigée par l'université allemande de Fribourg, a démontré que l'effort musculaire est égal à celui que développent des nageurs ou des coureurs olympiques du 800 mètres pendant la même durée. L'agilité, la coordination et la technique sont des qualités essentielles pour réaliser les figures tout en maintenant des lignes corporelles strictement définies. L'interprétation musicale et le respect du tempo sont notés avec sévérité.

Les compétitions comprennent des éliminatoires. Jusqu'aux demi-finales, les couples effectuent différents passages dont le nombre est fonction du nombre de participants. Six couples sont retenus pour la finale qui s'effectue en un seul passage.

Les juges appliquent des critères rigoureux, prenant en compte le rythme, la technique, l'harmonie du couple, la tenue et l'élégance, l'interprétation. Les grilles de points sont définies par cinq repères : la mesure et le rythme de base, la ligne de corps, le mouvement, l'interprétation rythmique, le travail de pied. Dans toutes les danses, la mesure et le rythme de base – ce qui signifie rester dans le tempo imposé (nombre de mesures par minute) – constituent un critère prioritaire puisqu'un couple de danseurs peut être éliminé sur ce seul critère, avant même de prendre en considération les autres. La ligne du corps prend en compte les lignes des bras, du dos, des épaules, des hanches, des jambes, du cou et de la tête, du profil. Le travail de pied s'apprécie par l'usage correct de la plante, les actions, positions et mouvements des talons et des pointes, les assemblés (individuels ou du couple).